Mongolie, la Magie des Lieux

Soulevez le voile sur l’univers de la Mongolie au travers de ce blog de voyage d’Espace Est-Ouest. Pour découvrir les gens, ou garder le lien avec ceux que vous avez rencontré. Lire, Voir, Ecouter et Rencontrer pour un vrai voyage virtuel en Mongolie.

lundi 4 février 2008

Tsagaan Sar, le Nouvel An mongol

Cette année, le nouvel an mongol tombe le 7 février.

Le nouvel an mongol est une importante fête traditionnelle avec des racines profondément populaires, à l’origine très éloignée du bouddhisme.

Autrefois, le début de l’année mongole avait lieu avec l’équinoxe d’automne, avant l’hivernage des troupeaux. Les animaux donnant alors moins de lait, on se mettait à consommer du fromage blanc. Ainsi, le « mois blanc » ou « lune blanche » peut être compris comme le mois du fromage blanc. Mais plus tard, le Khan Kubilaï transféra cette fête au début de l’année lunaire en faisant une fête de la fin de l’hiver et du début du printemps.

Tsagaan Sar signifie « mois blanc » ou « lune blanche ». En Mongolie, la couleur blanche est le symbole de la pureté et de tout ce qui est bénéfique. C’est aussi évidemment la couleur de tous les produits laitiers consommés en abondance par les Mongols.

Cette fête très ancienne et très populaire a obligé le pouvoir religieux à l’intégrer dans son propre système. Ainsi, les lamas l’on transformée en fête religieuse.

Un peu comme Noël chez nous, la fête prend deux formes distinctes : une religieuse (bouddhiste) et une populaire.

Aujourd’hui, le nouvel an lunaire donne lieu en Mongolie à des festivités très semblables à celles que nous connaissons dans nos pays pour le Nouvel An solaire (31 décembre). Autrefois, on célébrait ce jour là tous les anniversaires. C’est la seule fête mongole qui ait lieu en hiver, sous la yourte, dont on apprécie la tiédeur et le confort. A l’époque moderne, quel que soit leur date de naissance, tous les Mongols se rajoutent un an au moment du Tsaagan Sar et font de même pour leurs têtes de bétail.

Plusieurs jours à l’avance, les femmes préparent les aliments blancs, ainsi que les milliers de « buzz », ces succulents raviolis de viande mongols, des galettes et des confiseries. Pour la fête elle-même, chacun met son plus beau « deel » de soie, doublé de fourrure d’agneau, offre des « khadag » (écharpes aux couleurs bouddhistes) aux anciens, invite la famille et les amis et offre de petits cadeaux. On joue de la musique, on chante, on raconte et on mange beaucoup...

Aucun commentaire: